lundi 14 novembre 2011

Les plats pansements ou du bon usage des recettes de grand-mère le dimanche soir

Hier soir, j'ai eu une petite discussion avec mon organisme :

"- Dis donc, tu te fiches de moi? Qu'est-ce qu'on avait dit dimanche dernier?
- Ah, ça y est, ça recommence, tu peux pas me lâcher deux minutes?
- Ouais, bah excuse-moi, mais t'as encore poussé le bouchon un peu loin! Tu crois vraiment que c'était utile le huitième shot de la soirée?
- Attends! Y'avait des shots au crumble! Je pouvais pas ne pas y goûter!
- Bah voyons, et la vodka-get 27, tu sais pas quel goût ça a peut-être?
- Oui, là, d'accord. Mais bon, je te rappelle qu'à partir de 3h, j'ai bu que de l'eau. Tu vois j'ai pensé à toi.
- Et ben visiblement, c'est pas à moi que tu penses quand tu t'habilles! Va falloir penser à arrêter de te balader à moitié à poil!
- Ben tu me l'as bien fait payé je crois. Une bronchite et une rhino en un mois, ça commence à faire pas mal.
- Mais ma grande, tu peux pas avoir le beurre et l'argent du beurre! Si tu te couches à pas d'heure et que tu bois plus que tu ne manges, faut pas te plaindre d'avoir le cheveu terne, des cernes calvaires et le fessier flasque! D'ailleurs, ça en est où la gym suédoise?
- Oui, alors là, toutes mes confuses, j'ai râté les inscriptions.
- Le subconscient te dirait : acte manqué.
- Le subconscient, je l'em....Ahem. Bon. Allez, fais pas la tête. Promis à partir de demain, ça va aller mieux. Je vais boire des litres de thé vert. On va aller à la piscine. Et tiens, je te fais un petit plat rien que pour toi, ça te dit?
- Mouais, tu t'en tires bien. En revanche, si tu recommences le karaoké sur Vivo per lei, je te colle un préavis de grève des cordes vocales.
- Ben pour une fois, on est d'accord."

Donc pour éviter le divorce, je prépare un plat pansement, on pourrait aussi appeler ça un plat doudou. Tu sais ces trucs que tu manges quand t'as la crêve, la gueule de bois ou que tu es tout simplement au fond du rouleau, au bout du panier. Ben moi, dans ces cas-là, je fais toujours la même chose :

Le purée-jambon de ma grand-mère.

Comme toutes les recettes de ma grand-mère, ça marche au pifomètre. Y'a pas de proportions, c'est que du feeling. Mais tu verras, quand tu auras atteint la bonne consistance, toi même tu sauras.

Il te faut :
- des pommes de terre
- du lait
- du jambon
- du beurre



Epluchez les pommes de terre et les faire cuire à l'eau. Quand elles sont bien fondantes, égouttez-les. Là, y'a deux écoles. Ma grand-mère passe le tout au moulin à légumes. Moi j'avoue que j'ai pas le courage. Soit j'utilise un écrase purée, soit je mets tout dans le kitchenaid.

Remettre la cocotte sur le feu, ajoutez du lait et du beurre jusqu'à obtention d'une texture satisfaisante. Salez, poivrez.


La soupe aux lettres de mon arrière grand-mère

Et même que elle a vécu jusqu'à 98 ans. Je sais pas si c'est la soupe où le fait qu'elle ait été veuve très tôt (j'ai une grande théorie sur le lien veuvage-longévité), mais dans le doute...

Là aussi, c'est un peu avec ce qui traîne chez toi :
- des légumes : pommes de terre, carottes, poireaux, oignons...
- un bouquet garni : laurier, thym, etc...
- des pâtes en forme de lettres



Epluchez et coupez grossièrement les légumes. Mettez le tout à cuire à la cocotte avec le bouquet garni, un peu de gros sel et quelques grains de poivre.

Quand les légumes sont cuits, ajoutez 2-3 poignées de pâtes. Quand les pâtes sont cuites, c'est prêt. Magique.

Y'a aussi les pommes cuites, le chocolat, les bonbons, le thé vert, le citron-miel, les coquillettes au bouillon, la soupe miso et les sushis. Et le ume-shu, mais seulement quand j'ai pas la gueule de bois.

3 commentaires:

choupette88 a dit…

qui n'a pas fait jambon-purée un soir ???
Tu as jusqu'à dimanche minuit pour participer à mon jeu l'ingrédient mystére sur mon blog...et au passage un petit vote pour aftouch serait sympa...Merciiiiiii
Bonne journée
Bisous

helene picken a dit…

Les recettes de grand-mère ne connaissent pas les modes. Elles sont immuables.

Solenne a dit…

Tu as bien raison Hélène, back to basics, y'a qu'ça d'vrai!