jeudi 28 mars 2013

Habemus Pascade

L'auteur s'excuse par avance pour son manque de créativité latent qui a conduit au choix de ce titre douteux (mais en aucun cas blasphématoire, hein, non sérieusement, François, il a un super style!).

Depuis que je vis à Paris, j'ai enfin tous mes potes au même endroit, et on peut dire que chacun à leur manière, ils contribuent à faire de Paris une fête :

La pote partante pour aller voir du théâtre russe en banlieue.
Celle qui même à 3h du mat avec 4 grammes dans chaque bras, pense que c'est un bon timing pour une vodka-get.
Celui que tu arrives à traîner dans le 13ème pour une razzia chez Tang Frères un dimanche.
Celle qui t'accompagne essayer la zumba et pleure de rire quand tu essayes désespéremment de coordonner tes mouvements.
Celui qui t'aide à déménager avec le sourire même quand c'est au 5ème étage sans ascenseur.
Celle qui va te chercher du Doliprane Place de Clichy quand t'es au fond de ton lit avec la crève.
Celle qui te fait des rognons-moutarde et du poulet au maroilles quand tu vas dîner chez elle.
Celui qui t'a fait découvrir le cocktail champ/vodka/violette.
Celle chez qui tu penses aller commater un lendemain de teuf et qui t'entraîne dans un plan déménagement.
Celui chez qui tu vas faire la cuisine en parlant déco, art contemporain et mecs.
Celle qui t'attend au jap même quand t'as une demi-heure de retard.
Celle avec qui tu te retrouves à l'opposé de la ligne de métro parce que tu parlais trop.

Et y'a pas longtemps, j'ai rencontré mon pote de bouffe. Le pote avec qui tu testes les nouvelles adresses, avec qui tu peux parler de ta dernière recette en soirée, à qui t'envoies des textos pendant Top Chef. Un peu moi en mec. Bon, il a pas encore de blog, alors je vous raconte notre dernier test :

Quand Alexandre Bourdas en fait toute une Pascade
 
On mange quoi ?
 
Alors, la pascade, c'est un genre de crêpe un peu épaisse qu'on fait traditionnellement dans l'Aveyron. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, tu me diras...Oui, mais là, on parle de la pascade by Alexandre Bourdas. Le jour où j'en ai goûté pour la première fois dans son resto au Saquana à Honfleur, j'ai halluciné. C'était moelleux, aérien, sucré, salé, avec une huile à la truffe qui venait réveiller tout ça, une tuerie! Ce jour-là, la pascade est venue s'ajouter à la longue liste de mes addictions culinaires.
Forcément, quand avec Terrance, on a vu que Bourdas ouvrait à Paris, on a foncé. J'étais un peu sceptique, les concepts mono-produit, j'adore mais bon autant sur du hamburger, des tacos, des crêpes, c'est facile de faire des choses intéressantes, autant j'avais un doute sur la pascade.
Verdict : on retrouve avec extase la pascade nature à l'huile de truffe, plus des versions sucrées et salées qui changent au fil des saisons. Y'a du très très bon mais un peu sage (celle au foie gras) et y'a de la vraie découverte (le cabillaud, passion, brocoli m'a sciée).
 
Terrance, c'est pas le mec à qui y'a besoin de demander si il veut partager, tellement c'est évident
 
C'est quoi l'ambiance ?
 
Auberge urbaine. Une grande table d'hôte au centre, des petites assez serrées autour. De chouettes idées déco, comme les couverts et le menu encastrés dans la table, un esprit japonisant très Bourdas. Service au top, très professionnel et attentionné. On est restés bavarder deux minutes avec des responsables, c'était un chouette moment.
 
Le cabillaud passion, je note, c'est fou!
 
J'y laisse un bras, un oeil, la peau des fesses ?
 
On peut pas dire que ce soit bon marché. A 20€ la pascade salée, 10€ la sucrée en moyenne, ajoutez à cela un peu de vin, on en est vite à 40€ par personne. Mais là encore, c'est à la hauteur de la qualité de la cuisine, du service et du cadre.
 
Non mais allo??? Tu sais pas ce que sais qu'une pascade?

L'un dans l'autre ?
 
Si vous êtes dingue de bouffe ou juste très curieux, alors oui, ça vaut le détour. Sympa pour un resto en amoureux, un apéro dînatoire entre potes qui aiment les bonnes choses. Ca reste surtout une très belle occasion de découvrir la cuisine d'Alexandre Bourdas, une sorte d'amuse-bouche avant d'aller au Saquana.

Pascade, 14 rue Daunou, Paris II. 01.42.60.11.00. http://pascade-alexandre-bourdas.com/page-la-pascade-2.html



5 commentaires:

auroreinparis a dit…

Et .. Ca cale ? Parce qu'à 20e le plat, faut pas que j'ai faim en sortant !
Merci pour la découverte. Et encore uen fois, sympa ton article !

the voisin a dit…

De loin, mon article préféré ;).

Solenne a dit…

@ Aurore : ben écoute on en a pris une nature à deux en apéro, puis 1 salée chacun et on n'avait plus de place pour le dessert, pourtant ça faisait envie! Donc oui, plutôt ;)

@ Mon voisin : de loin mon pote de resto préféré!

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Riton a dit…

Entièrement d'accord avec Anonyme... Et quand je pense qu'avec le nombre d'Aveyronnais qui gravitent autour de moi à Toulouse, je sais toujours pas ce que c'est que cette pascade... :( Je regarde, je teste (parce qu'à 20 euros de prix de revente, ça vaudrait peut-être le coup d'ouvrir un resto), et je te tiens au courant ! ;)